CHEPTEL DE VACHES

Un investissement efficace, solidaire et fiable

 
Voici un investissement original qui présente un double avantage : pour l’épargnant, c’est un placement efficace et pour l’agriculteur, l’investissement est moins lourd puisqu’il n’achète plus ses vaches mais les loue.

Investir dans un troupeau de vaches laitières est une entreprise de longue haleine. La meilleure rentabilité s’obtient au bout de 15 ans pour un investisseur particulier. Quant à l’éleveur, il bénéficie d’assouplissements comptables et fiscaux, en utilisant le système de location de vaches.

Investissement en cheptel avec SERFI Patrimoine

Pourquoi acheter des vaches laitières de race Holstein ou Montbéliardes ?

La commercialisation du lait, associée à celle des génisses (les jeunes vaches qui n’ont pas encore porté de veaux) permet d’obtenir un rendement moyen de 4,2% nets par an. Et les vaches Holstein sont réputées être les meilleures vaches laitières en France.

Où sont élevées vos vaches et leurs veaux?

Il ne s’agit pas de réserver une partie de votre jardin à votre élevage! Vous confiez les bêtes que vous avez achetées à un régisseur (Elevage et Patrimoine SA, basée à Meyzieu, dans le département du Rhône), qui les loue à un ou des éleveurs, par l’intermédiaire d’une régie spécialisée (Société Gestel). Il s’agit actuellement de la seule firme pratiquant ce type d’investissement en France.

Plus de 1.100 propriétaires, membres de l’AFIC (Association Française d’Investissement en Cheptel), ont déjà investi dans 18.000 vaches en location, intégrées dans 880 troupeaux. Sachant que quatre millions de vaches sont élevées en France, cet investissement sur 18.000 vaches, auquel on ajoutera 12.000 génisses, représenterait donc moins d’un pour cent du cheptel français.

Investissement solidaire en hausse pour une diversification du patrimoine

Après la crise, l’AFIC a vu exploser le nombre de demandes de renseignements, et la quantité de vaches achetées a augmenté de 2% depuis début 2009. Cet investissement historique -qui remonte à Richard Coeur de Lion- revêt aujourd’hui une connotation solidaire et écologique. Il s’agit d’un placement traditionnel de long terme, basé sur une ressource renouvelable, qui permet à la fois aux investisseurs et aux éleveurs de développer une richesse naturelle.

Exemple d’investissement-type

S’il est possible d’acheter une seule vache, il est plus intéressant d’investir dès le départ sur un petit troupeau d’une vingtaine de têtes, puis de compléter si possible chaque année cet investissement de base avec l’achat de trois ou quatre nouvelles bêtes. En effet, le taux annuel de natalité avoisine 86%, et on dénombre un peu plus de naissances de veaux mâles (53/47). Contractuellement, l’éleveur conserve les mâles, et attribue l’équivalent de 5 à 6% de génisses à l’investisseur… en nature. Ces futures vaches demeureront en général dans le troupeau, et seront ainsi réinvesties. Or, l’équivalent de 5% du troupeau initial de 20 vaches représente une nouvelle génisse par an.

Percevoir une rente annuelle sans écorner son capital bovin

Ainsi, au bout de quinze années, en cumulant achats et naissances chaque année, l’investisseur possédera environ une centaine de bêtes. Il pourra alors envisager d’en revendre quatre à cinq par an afin de percevoir une rente régulière, sans pour autant diminuer son capital.

Et lorsqu’on sait que l’étymologie de « cheptel » et de « capital » est similaire (capitalis), ce retour à nos racines paysannes n’est-il pas de bon augure?

LIRE ARTICLE COURRIER INTERNATIONAL : Agriculture, un investissement vachement rentable.

Reportage en 2010 prix de la vache 1300 euros

 
Fonctionnement: Vous investissez dans des vaches qui sont louées à des éleveurs. Vous apportez la mise de départ pour acheter les bêtes, et l’éleveur s’occupe de les entretenir et de les nourrir, de payer les assurances, de fournir les soins, et d’amortir le capital. Une régie (la société Elevage et Patrimoine, qui dépend de l’AFIC) fait l’intermédiaire. L’éleveur, en rémunération de son travail et afin de financer ses frais de fonctionnement, récupère le lait, l’ensemble de la descendance mâle, et la moitié de la descendance femelle pour renouveler l’âge du troupeau. L’autre moitié de la descendance femelle est divisée entre lui et vous. Les génisses qui vous sont réservées constituent votre retour sur investissement. Deux options s’offrent alors à vous: prendre vos gains (c’est-à-dire vendre les vaches qui vous reviennent une fois qu’elles ont atteint l’âge adulte), ou les réinvestir pour faire croître le capital (c’est-à-dire intégrer ces vaches au troupeau, de la même façon qu’un investisseur en Bourse réinvestit les dividendes annuels)
Ticket d’entrée: 1.630 euros, le prix d’une vache, auquel s’ajoutent 125 euros de droit d’enregistrement. Il n’y a aucun autre frais que l’achat de la vache, c’est comme acheter un appartement pour le louer.
Rentabilité espérée: Entre 4 et 5% par an. En effet, sur 100 vaches louées à un éleveur, on compte en moyenne 86 naissances, qui se divisent en général entre 46 mâles et 40 femelles. Les mâles reviennent à l’éleveur. Sur les 40 femelles, 20 lui reviennent également pour remplacer les vaches réformées. Sur les 20 génisses qui restent, entre 4 et 5 reviennent à l’investisseur, et le reste à l’éleveur.
Durée de l’investissement: Au minimum 3 ans. Il faut 9 mois pour qu’une vache naisse et 27 pour qu’elle se transforme en vache adulte et puisse être vendue. De ce fait l’investissement n’est pas rentable en dessous de 5 ans.
Avantages de ce type d’investissement: Il repose sur un marché à la hausse, la demande de produit laitier augmentant de 2,5% par an. On compte 3,5 millions de vaches laitières en France. Un tiers pourrait être en location, donc le marché potentiel est important. Il peut aussi constituer un revenu complémentaire à l’âge de la retraite et pallier au problème du vieillissement de la population. Enfin, c’est un investissement éthique.
Inconvénients: C’est un investissement peu liquide sur du long terme. De plus, il est soumis au dynamisme de l’agriculture française. Enfin, il dépend des conditions climatiques et subit des risques agricoles.

Reportage en 2014 prix de la vache 1630 euros

x

Documentation confidentielle lien de telechargement

 

SERFI Patrimoine, le meilleur conseil en gestion patrimoniale et gestion privée en Alsace, Strasbourg, Colmar et Mulhouse

Attention, malgré la qualité de n’importe quel investissement, les résultats du passée ne peuvent pas présager, et encore moins garantir, des performances futures. De plus, pour obtenir un revenu potentiellement  plus élevé que le taux d’inflation, il  faut aujourd’hui inévitablement sortir des sentiers battus. Il n’y a pas de secret, la recherche de revenus plus élevés requiert une prise de risque additionnelle qu’il faut assumer.

Il est fortement recommandé de recueillir l’avis d’un professionnel, SERFI Patrimoine a sélectionné un cabinet alsacien, dont le métier est de conseiller en prenant en compte l’ensemble de la situation financière et patrimoniale pour savoir ce qui peut convenir le mieux en fonctions de ses besoins, ses moyens, des délais dont on dispose et d’un risque clairement identifié et plus ou moins accepté