Invitation à Colmar

Bonjour Madame Coutant,
 
Ce courriel est un simple rappel de notre invitation à vous recevoir à Colmar pour une rencontre de détente et de découverte.
 
Images intégrées 5
 
 

N’ayant pas pu vous recevoir pour le marché de Noël nous réitérons notre invitation pour les Marchés de Pâques et de printemps du 24 mars au 10 avril. Pour plus de facilité, disponibilité et aussi pour plus de possibilités d’activités, nous vous proposons une visite un samedi, soit 3 dates potentielles : 26 mars, ou 2 avril, ou 9 avril. On pourrait débuter les visites à partir de 14h00 pour une durée prévisionnelle d’environ 7h00.

 
Images intégrées 1
 

Les Marchés de Pâques et de printemps sont vraiment une belle curiosité, unique en Alsace, que nous pourrons agrémenter d’une découverte du nouveau musée Unterlinden, des commerces du centre-ville plus diverses autres options selon vos goûts et envies : visite de la ville Hier et Aujourd’hui, la nouvelle Maison de Hansi (pour une première pause éventuelle),  Le Marché couvertLa sorbetière d’Isabelle (on y prendra une collation en fin d’AM), le salon de l’artisanat décoré (une exposition chaque semaine, voir site ), … Pour finir par une visite guidée nocturne du centre ville.


En 1996, Colmar disposait déjà de 600 projecteurs pour  renforcer l’ambiance chaleureuse de la ville, tout en révélant son riche patrimoine, un nombre qui a augmenté à 1 100 aujourd’hui. Les éclairages nocturnes de Colmar ont été plusieurs fois récompensés, entre autres la ville a obtenu le prix spécial de l’académie des Arts de la Rue pour cette réalisation ainsi que le prix lumière de l’Association Française de l’Eclairage. 
 
Images intégrées 2
 

Pour conclure cette après-midi de visites nous irons dîner dans une très bonne table. Même si la soirée se terminera tardivement on aura le dimanche pour nous reposer.
 
 
Au plaisir de vous revoir, nous attendons votre préférence
 
 
Très amicalement
Carmen et Antoine G
 
 

COLMAR

Un peu d’Histoire…

Colmar a su préserver l’intégralité de ses richesses architecturales, du 13e siècle à nos jours. Plusieurs grandes périodes ont comptés pour la ville.

Un Colmar médiéval : celui des églises et des couvents, de Saint-Martin, d’Unterlinden, des dominicains et des franciscains. Celui aussi du Koïfhus, notre ancienne douane, érigé en 1480 alors que sur Colmar et sur le Rhin supérieur rayonne l’extraordinaire talent du peintre et graveur Martin Schongauer.

Un Colmar de la Renaissance, des demeures patriciennes et bourgeoises, de la maison Pfister, de la maison des Têtes, du corps de garde et de la maison des Arcades et de tant d’autres, en bois et en pierre, avec balcons, oriels, volutes et encorbellements.

Un Colmar du XVIIIe siècle baroque et classique, celui de l’hôtel de Pairis, notre actuelle mairie, du chapitre d’Arlesheim, du palais du Conseil souverain, de l’église des jésuites, du collège du même nom, lycée Bartholdi aujourd’hui, de l’ancien Hôpital.

Un Colmar du XIXe siècle français, illustré par le théâtre municipal, la synagogue, le marché couvert, la préfecture et la manufacture de tabacs, sans oublier bien sûr les statues et fontaines monumentales d’Auguste Bartholdi, ainsi que de nombreuses sépultures remarquables au cimetière du Ladhof.

Un Colmar allemand ensuite (1871-1918), résidentiel au sud de la ville autour de l’imposant bâtiment de la Cour d’Appel et de la curieuse gare dont la nef et la tour évoquent un édifice religieux, autour du quartier Saint-Joseph, érigé vers 1900 quand Colmar entreprit de s’étendre vers l’ouest.

Un Colmar plus contemporain enfin, autour du centre hospitalier Louis Pasteur, l’un des hôpitaux les plus modernes de France quand il fut mis en service en 1937, et autour duquel s’agrégea dans les années 1960 une nouvelle ville, celle du quartier de l’Europe, univers de grands ensembles réalisé pour mettre fin à la crise récurrente du logement après la seconde guerre mondiale.