Le refus de l’acharnement thérapeutique – Directives anticipées

Voulez-vous mourir dignement ou rester soit-disant vivant, en subissant de l’acharnement thérapeutique ?

Un grand sujet d’éthique et de morale depuis le siècle dernier qui est toujours d’actualité.

  • Voir une dégradation de l’image idéale de la mère ou du père.
  • Voir disparaître progressivement la dignité d’un être cher.
  • Devenir une loque humaine, et souhaiter une fin à cette souffrance psychologique à dégâts collatéraux.

Comme Vincent Lambert, dont le sort déchire la famille et le corps médical, la quasi totalité des Français n’ont pas écrit leurs « Directives anticipées ». Une précaution pourtant simple et rapide, qui aurait permit à Vincent Lambert de marquer noir sur blanc ses souhaits en situation de fin de vie, ou sans possibilité de s’exprimer

La loi nous donne maintenant la faculté de nommer, par écrit, une personne de confiance qui serait consultée au cas où nous serions hors d’état d’exprimer nous-même notre volonté. 

C’est un droit que peu de Français connaissent, et encore moins utilisent. Pourtant cette opportunité, dite loi Léonetti, vise à limiter l’acharnement thérapeutique lorsque les soins apparaissent inutiles, disproportionnés ou n’ayant d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie.

La loi repose sur une éthique fondée sur l’acceptation de la mort et exprimée par la formule « Laisser mourir sans faire mourir ». Elle confirme et codifie des pratiques existantes, comme l’absence d’obstination déraisonnable ou le droit au refus de soins, et permet également de prendre en compte les « Directives anticipées », par lesquelles une personne exprime à l’avance ses choix ultimes. Elle exclut toutefois explicitement le suicide assisté et l’interruption du processus vital des personnes en fin de vie.

Depuis avril 2005, il est nous est donc possible de rédiger nos « Directives anticipées », pour toutes les décisions nous concernant si nous étions hors d’état d’exprimer notre volonté pour envisager : l’arrêt ou la limitation d’un traitement inutile ou disproportionné ou la prolongation artificielle de notre vie.

Liens pour développer cet article :

Définition : Acharnement thérapeutique / Euthanasie

Malades en fin de vie : Quels droits (directives anticipées, acharnement thérapeutique…) ?

Directives anticipées : Le meilleur moyen de faire respecter vos choix (Vidéo 80 secondes)

Pour donner nos « Directives anticipées », il suffit d’indiquer par écrit nos nom et prénom, notre date et notre lieu de naissance, et de stipuler nos souhaits. Le document doit être daté et signé.

Un modèle de « Directives anticipées » en Pdf est disponible en cliquant ici.

–  Attention : les « Directives anticipées » ne sont valables que trois ans 


Chaque image de l’article est un lien vers une information complémentaire


À propos de SERFI Patrimoine & Sémyence Entreprise, une synergie de compétences depuis 2001

Solutions patrimoniales pour particuliers et professionnels & Accompagnement de chefs d'entreprises. Le bon sens et la simplicité sont, pour toutes mes activités et mes prises de décisions, mes préceptes de vie et d’orientation professionnelle. Préceptes qui prévalent à la sélection de mes partenaires et à la mise en œuvre de mes prestations. Antoine GRAMMATICO, Consultant et Formateur.
Ce contenu a été publié dans ACTUALITÉS & INFORMATIONS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.